Table des matières de mon livre Habiter notre Nature. Ecologie et humanisme.

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Voici la table des matières de mon livre HABITER NOTRE NATURE. ECOLOGIE ET HUMANISME, Mame, 2018. Elle donne une idée très précise des problèmes traités, des méthodes employées et des solutions proposées.

 

 

 

Introduction. De l’autonomie radicale à la crise écologique et de la déradicalisation de l’autonomie à la solution de la crise

 

§ 1 Objectif : identifier les causes premières de la crise écologique ; imaginer les thérapeutiques appropriées 11

§ 2 Objectif du livre : réformer l’autonomie 13

§ 3 De l’autonomie radicale à la crise écologique – et de l’autonomie de philia à la résolution de la crise 15

§ 4 Situation de la culture et besoin écologique d’une réforme culturelle 17

 

Premières méditations : De l’autonomie radicale à l’humanisme de philia

 

§ 5 Deux questions pragmatiques 21

 

I.1. Quelles sont les conditions fondamentales d’une convergence humaniste entre l’écologie et le progrès ?

 

§ 6 Une problématique pragmatique 22

§ 7 Redécouvrir et méditer la parenté entre écologie et économie 24

§ 8 Écologie : la Terre est la maison de l’Homme et du Logos 26

§ 9 Approfondir l’écologie en scrutant la profondeur du Logos 28

§ 10 Que signifie « authentique » et qu’est-ce qu’une écologie authentique ? 29

§ 11 Être certain que l’Homme n’est pas de trop 30

§ 12 Méditer sur l’histoire de nos sciences de la Nature 33

§ 13 La Nature perdue et retrouvée. La perte de la Nature comme critère, facteur décisif de la crise écologique 35

§ 14 L’autonomie passionnée est-elle la cause fondamentale de la crise écologique ? En quel sens ? 37

§ 15 Pour repenser la cause de la crise. De l’autonomie passionnée à l’autonomie rationnelle 40

§ 16 De l’autonomie rationnelle au malaise dans la culture 43

§ 17 Par quel raisonnement aboutissons-nous à la notion d’autonomie radicale ? 44

§ 18 Anciens et Modernes. Synthèse ? Pour une nouvelle sagesse de Progrès 45

§ 19 Comment l’hédonisme standard (postmoderne) fomente aussi la guerre contre la Nature. Pour une écologie cohérente avec elle-même 49

§ 20 Besoin de retrouver un authentique amour de la Nature 52

§ 21 Comment l’autonomie radicale empêche toute conception unitive (et donc écologique) de la connaissance 53

§ 22 Comment la théorie de la connaissance, si elle n’est ni réaliste ni humaniste, érode radicalement l’amour de la Nature 56

§ 23 L’Homme de l’humanisme exclusif et de l’autonomie radicale est-il fatalement aliéné de la Nature ? 58

§ 24 La fin de la crise écologique suppose la fin d’un état de guerre entre la liberté d’autonomie et la Nature, et donc une redéfinition de l’autonomie 60

§ 25 Pourquoi la riche culture philosophique post-moderne ne peut déboucher sur un renouveau de civilisation 61

§ 26 Pensées pour prolonger certaines critiques de la civilisation anti-écologique 64

§ 27 Sur la violence postmoderne et comment elle contribue à la crise écologique 66

§ 28 Sans culture humaniste rénovée, la crise écologique détruirait aussi la démocratie 68

§ 29 Perspectives d’avenir 69

§ 30 Impossible retour à la simple hétéronomie 73

 

I.2. La crise écologique peut-elle être surmontée dans le respect de l’exceptionnelle dignité humaine ? Reprise de la sagesse antique

 

§ 31 Pourquoi poser cette seconde question ? Parce qu’elle conditionne la solution de la crise écologique 74

§ 32 L’autonomie radicalisée, mère de tous les problèmes des temps humanistes. Le principe naturel de solution est l’autonomie de philia 76

§ 33 La « contrariété anthropologique » de l’autonomie. Quel moyen pour la résoudre ? 77

§ 34 Origine politique des concepts de dignité et d’autonomie 79

§ 35 Deux façons d’intérioriser l’autonomie politique et deux formes de relation à la Nature 81

§ 36 Recherche d’une sagesse écologique, combinant le désir humaniste d’autonomie et l’amour puissant de la Nature. Le modèle socratique 82

§ 37 Méditations sur les cyniques, les sceptiques et les épicuriens 85

§ 38 Retour possible à la vie simple ? Sur le réchauffement climatique 88

§ 39 Méditations sur les épicuriens et les sciences 89

§ 40 L’apport des stoïciens. L’autonomie grâce à la Nature et à la loi naturelle 91

§ 41 Quelle idée de « Destin » pour une autonomie écologique ? Réflexion sur les OGM 95

§ 42 Sagesse écologique et liberté dans la prédestination 100

§ 43 Sans concept adéquat de la loi naturelle, il n’y aura pas de révolution écologique 102

§ 44 Sans la loi naturelle, il n’y aura pas de pouvoir écologique 103

§ 45 Autorité, questions métaphysiques et révolution écologique 104

§ 46 Déradicaliser l’autonomie, c’est revisiter à partir de la loi de Nature la question de l’Absolu et de Dieu 107

§ 47 Le questionnement cosmologique conduit à questionner sur la pertinence du combat écologique et sur le sens de l’existence 109

§ 48 Conclusion : la crise écologique peut être surmontée dans le respect de l’exceptionnelle dignité humaine 111

 

I.3. Sans respect de l’exceptionnelle dignité humaine, la crise écologique pourrait-elle être surmontée ? Réforme de la sagesse moderne

 

§ 49 Réorientation de la méditation écologique autour de l’autonomie des Modernes 114

§ 50 Que faut-il garder des Modernes en vue d’un renouveau de la culture humaniste ? 115

§ 51 Comment l’Homme moderne acquiert-il la certitude de sa liberté ? 117

§ 52 Le moralisme moderne cause le malaise dans la civilisation en exagérant le degré de responsabilité de l’Homme 119

§ 53 L’autonomie est quelque chose de plus que la liberté d’autodétermination rationnelle 122

§ 54 Déduction de l’autonomie morale 125

§ 55 Insuffisance de la déduction précédente 127

§ 56 Remplacement de l’autonomie radicale par l’autonomie de philia 128

§ 57 L’autonomie écologique de philia dans l’oikia 130

§ 58 Pour servir à l’analyse de la névrose moderne et postmoderne. Le paradoxe du rapport moderne à la Nature 133

§ 59 L’autonomie rationnelle évite le moralisme et le malaise dans la culture, grâce à son enracinement dans la philia 136

§ 60 À côté du respect des personnes, n’y a-t-il pas place, aussi, pour un respect des choses ? Des plantes, des animaux ? Écologie et philosophie de la philia 138

§ 61 Écologie et humanisme. Méditation sur la hiérarchie des êtres et sur la dignité de l’Homme 140

§ 62 Conclusion des premières méditations 145

 

Secondes méditations : Entre l’autonomie de philia et l’autonomie intégrale

 

§ 63 Point de situation. Trois nouvelles questions pragmatiques 147

 

II.1. Comment résoudre la contrariété de la liberté pratique et de la liberté pathologique ?

 

§ 64 La psychose bipolaire de la conscience morale 148

§ 65 Comment des politiques unilatérales viennent à la rescousse d’éthiques insuffisantes. Cohérences entre éthiques et politiques 150

§ 66 Nécessité de l’amitié pour résoudre la contrariété des deux libertés 153

 

II.2. Faiblesse politique de l’autonomie de philia. L’amour a-t-il un sens comme principe civilisationnel ?

 

§ 67 Insuffisance de l’amitié pour soigner la psychose bipolaire de la conscience morale 154

§ 68 Pourquoi l’écologie requiert une « civilisation d’amour » 155

§ 69 L’écologie requiert une sagesse politique nouvelle, au-delà du machiavélisme 158

§ 70 Pour sauver la Terre, en quels sens nous devons « aimer la Nature » 161

 

II.3. Que peut signifier une autonomie intégrale au-delà même d’une autonomie de philia et d’une sagesse d’amour universel ?

 

§ 71 Pourquoi cette dernière question ? 164

§ 72 Les options de l’Homme et de l’humanisme 165

§ 73 Comment méditer en Décideur sur l’humanisme et l’écologie entre la raison et la foi ? 167

§ 74 Le pape François et l’écologie. Vatican II et l’autonomie intégrale 169

§ 75 Sur la notion d’agapè. L’essence du christianisme ? 170

§ 76 Problématique 174

§ 77 La croyance que l’Homme est à l’image de Dieu. Écologiquement inquiétante, ou rassurante ?175

§ 78 Comment l’idée de Nature est justifiée et fondée en Dieu 178

§ 79 L’idée de Nature unie à celle de personne 179

§ 80 La Trinité divine et l’amour de la Nature. La valeur de la matière 181

§ 81 Religion humaniste, écologie et différence sexuelle 183

§ 82 La critique de l’idée de création est-elle écologique ? 186

§ 83 Réorientation et nouveau pas en avant 189

§ 84 Pensées pour retrouver le sérieux du concept de Nature 190

§ 85 Comment le rapport entre la philia et l’agapè pourrait aider à comprendre le rapport entre la Nature et la grâce 194

§ 86 La Nature comme vocation 195

§ 87 Cette solution peut-elle pourtant satisfaire des exigences humanistes ? 197

§ 88 Méthode appropriée pour concevoir l’autonomie intégrale 199

§ 89 Première étape. Concevoir quelque chose de l’autonomie divine 199

§ 90 Deuxième étape. Voir l’autonomie humaine à l’image de l’autonomie divine 200

§ 91 Troisième étape. L’autonomie humano-divine 202

§ 92 Quatrième étape. Pourquoi recevoir est divin 203

 

Éclaircissements finaux

 

§ 93 L’Homme autonome peut-il obéir à une loi qu’il n’a pas faite ? 205

§ 94 La valeur religieuse de l’autonomie 208

§ 95 Pourquoi l’humanisme est-il souvent en conflit avec la religion ? 210

§ 96 Conclusions 211

 

Notes

 

Habiter notre Nature

Habiter notre Nature. Ecologie et humanisme  

 https://www.laprocure.com/habiter-nature-ecologie-humanisme-henri-hude/9782728924530.html

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nouveauté !

Evénements

Aucun événement