Une politique familiale en capital (4) Quels effets en peuvent être escomptés

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Rappelons que l'"éco" renfermé dans "économie" vient d'oikos ou oikia, qui signifient, en grec ancien, la maison et la famille. 

Avec la crise, la social-démocratie est une formule moribonde. Pour éviter la révolution, il faut repenser de fond en comble la solidarité. Ce renouveau de la solidarité passe par la famille. De là l'idée d'une nouvelle politique familiale en capital.

Comme les questions familiales vont être d'actualité à la rentrée, je republie ci-dessous, découpé en plusieurs livraisons, un article que j'avais publié, à la demande du Pr. Dupeyroux, dans la célèbre revue Droit social, n°5, en Mai 1997, pp.443-450.

Je ne l'ai pas réécrit. J'ai parfois ajouté ici et là une phrase. Il me semble plus actuel qu'il ne l'était lorsqu'il a été publié.

Ceci est la quatrième fragment.  CLIQUER ICI POUR REVENIR AU TOUT DÉBUT DE L'ARTICLE

 CLIQUER ICI POUR UN RAPPEL DU PRINCIPE ET DES  MODALITÉS PRINCIPALES DE LA PFC

CLIQUER ICI POUR REVENIR AU FRAGMENT PRÉCÉDENT

 

QUESTION /  QUELS SONT LES PRINCIPAUX EFFETS QUE NOUS POUVONS ESCOMPTER DE LA POLITIQUE FAMILIALE EN CAPITAL PRÉCÉDEMMENT EXPOSÉE ?

 

 

La reprise en compte la longue durée, c'est le rétablissement de la famille au centre de l'économie

 

Une telle mesure réintroduit massivement la considération de la durée, et même de la longue durée, ouvre un horizon et permet le rétablissement d’un climat de confiance, grâce notamment à une nouvelle participation de la très grande majorité de la population, qui devient sujet de ces politiques et non plus objet, dans un contexte social innovant. Il s’agit donc d’une mesure lisible, à la fois concrète, mais fortement symbolique et d’une attractivité électorale certaine.

 

 

Création d'emplois et politique familiale en capital 

 

Création d’emplois et autres effets secondaires bénéfiques, d’abord sur l’équilibre des comptes sociaux de la nation. Nous en avons déjà parlé plus haut. Les créateurs potentiels d »entreprises n’ont pas besoin de beaucoup de capitaux, mais il leur en faut tout de même une petite quantité, pour amorcer leur activité. Avec la politique familiale en capital, n’importe quelle personnalité innovante pourra disposer de la légère mais suffisante amorce sans laquelle rien n’est possible.

Le fait que la personne innovante soit chargée d’enfants et que le conjoint doive être d’accord, semble devoir permettre de limiter les abus et prodigalités qui seraient autrement possibles. Mais en même temps, cette politique familiale en capital attribue aux familles un capital secondaire, ou un capital second. Elle permet donc aux personnes potentiellement innovantes de risquer, sans être retenues par des scrupules de conscience, au moment de la fondation. Beaucoup ne pourraient, en conscience, risquer le capital premier de la famille et des enfants. Mais compte tenu des sérieuses chances de gain, dans un projet auquel elles croient, elles auraient au contraire scrupule de ne pas engager le capital second dans la création projetée.

Il faut aussi noter que les célibataires sans enfants ne seraient pas exclus, pourvu qu’ils puissent convaincre des couples avec enfants, de se lancer avec eux dans l’aventure. Sans doute faut-il aussi prévoir des garde-fous à l’escroquerie des gens simples. Afin de protéger les faibles, il a été envisagé, dans des conversations informelles avec des hauts responsables de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, que celle-ci puisse gérer les comptes des familles hors d’état de le faire elles-mêmes. Mais il faudrait aussi laisser les coudées franches à tous ceux qui sont capables de se débrouiller seuls, et garder présent à l’esprit le fait paradoxal (dont nous n’avons pas assez conscience) qu’une agrégation de comportements individuels risqués peut au contraire produire une très  haute sécurité collective.

 

 

Déprolétariser le peuple, c'est à dire les familles 

 

Voici les autres effets probables :

- Déprolétarisation des familles, y compris et surtout des familles modestes, et amélioration de l’harmonie sociale.

- Effet d’incitation fort à la natalité avec les conséquences lointaines sur la pérennité de tout le système de solidarité sociale.

- Relance de la consommation, l’épargne des ménages étant libérée en partie au profit de la consommation, et la sécurité de la ressource future pouvant gager des emprunts qui autrement ne seraient pas accordés. Accroissement de crédit possible, à l’investissement et à la consommation.

- Véritable promotion de la participation. Si les parents ont simplement épargné les sommes, le jeune peut aller voir le capitaliste employeur et lui proposer de devenir non seulement son salarié, mais son associé, affectant tout ou partie de son pécule à une participation à la constitution du capital nécessaire à son emploi.

Mais tous ces heureux effets ne pourraient sans doute être atteints si nous ne remettions pas en cause les vieux principes. CLIQUER ICI POUR ALLER AU FRAGMENT SUIVANT 

CLIQUER ICI POUR REVENIR AU TOUT DÉBUT DE L'ARTICLE

CLIQUER ICI POUR AVOIR LA SUITE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nouveauté


La force de la liberté
La force de la liberté
€18.00

Evénements

Aucun événement

Restez au courant !

Nom:
Mail:

Sites partenaires

Bannière