Comment expliquer le succès de François Fillon (1)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Glissement culturel profond et perte d’autorité des médias (1) ; nouvel environnement géopolitique et climat nouveau, après l’élection de Trump (2) ; réaction aux outrances pseudoprogressistes (3) : cela n’explique pas tout, mais voyons déjà ces trois points.

 

 

1. Un succès dû à un glissement culturel profond et à la perte d’autorité des médias

 

 Comment expliquer le succès imprévu de François Fillon ? Précisément parce qu’il était imprévu : ni par la presse, ni par les sondeurs, ni par les « milieux dirigeants ». Ceci demande explication.

Juppé et Sarkozy étaient les favoris de la presse et des sondeurs ; probablement aussi du « milieu dirigeant », à de notables exceptions près. Eh bien ! Les Français de droite ont voté et ils ont partout voté contre les deux chouchous du consensus. Fillon est sorti vainqueur parce qu’il est apparu, à tort ou à raison, comme le « troisième homme », un candidat relativement hors système.

Une classe dirigeante manipule toujours un peu la démocratie, et le peuple souverain ferme les yeux, tant qu’il est satisfait de son sort. Aujourd’hui, la manipulation de la démocratie consiste à faire présélectionner deux partis et deux candidats par la presse, puis à donner au peuple le choix entre ces deux candidats présélectionnés. En période de forte insatisfaction populaire, le corps électoral a fini par s’adapter et à développer des anticorps anti-manipulatoires. Il réagit tout simplement en identifiant comme nuisible à ses intérêts et à ses droits les favoris des médias. En d’autres termes, il élimine a priori « ET bonnet blanc ET blanc bonnet ».

Parce que la presse est maintenant majoritairement perçue comme une officine de propagande, l’investiture médiatique vaut disqualification d’office. Remarquez bien qu’on n’a jamais pu prévoir une élection, car l’existence et la nature de l’objet à prévoir ne sont pas indépendantes de l’action subjective de prévoir et de dire ce qu’on prévoit. Ceci a toujours été vrai ; mais, aujourd’hui, ce l’est d’une manière nouvelle. Jadis, la prévision était plutôt autoréalisatrice ; elle est aujourd’hui devenue, au contraire, anti-réalisatrice.

Rien ne montre mieux la perte de confiance et d’autorité subie par le pouvoir spirituel des médias et généralement de l’idéologie dominante et même de la philosophie générale qui a dominé, non pas depuis 1968, mais depuis le début des Lumières. C’est un complet changement d’époque, dont l’explication ici nous entraînerait trop loin[1].

 

 

 

2. Un succès dû au nouvel environnement géopolitique et au climat nouveau, nés de l’élection de Trump

 

Brexit, élection de Trump, referendum en Italie, élections en France… Ne sommes-nous pas en train d’assister à un bouleversement géopolitique aussi important que la chute de l’Union soviétique ?

On n’a peut-être pas assez souligné que la montée en flèche de François Fillon a commencé avec l’élection de Donald Trump. Il faut toujours tenir un juste compte du contexte global. L’élection de Donald Trump aux Etats-Unis a produit un effet de souffle planétaire, surtout en Occident. Tout ce qui est politiquement conformiste a pris un coup de vieux du jour au lendemain.

Ce n’est pas faire injure à l’électeur « de droite » que de le créditer d’un certain coefficient de prudence plutôt conformiste[2]. Or, qu’on le veuille ou non, Sarkozy et Juppé étaient les correspondants naturels d’Hillary Clinton. L’un et l’autre étaient des candidats logiques, adaptés à un monde structuré par le pouvoir des milieux néo-conservateurs américains, que l’élection d’Obama n’avait pas touché. Or, ces milieux ont soudain perdu le pouvoir. Par suite, les candidats hier logiques en France sont devenus du jour au lendemain des candidats peu qualifiés pour gérer une relation fondamentale à Washington. Et s’il faut être fort face à un homme fort, comment espérer cela des soumis qu’ils étaient ? Fillon ayant eu le courage de dire qu’il fallait changer notre politique face à la Russie, l’électeur « de droite » se sent plus à l’aise avec un président à la fois plus courageux et plus en phase avec le duo Trump-Poutine. L’effet Trump sera sans doute aussi considérable à gauche, mais d’une manière très différente.

 

  

 

3. Un succès dû à la réaction aux outrances pseudoprogressistes

 

La gauche libertaire est allée beaucoup trop loin dans le domaine moral et culturel. Le respect du prochain ne se réduit pas à tolérer qu’il puisse faire n’importe quoi, ou bien à se soumettre à n’importe quel ordre moral à rebours. La juste bienveillance envers les immigrés ou le sens de l’universalité humaine n’impliquent pas l’éradication de toute culture ou de tout intérêt national, dans une ambiance de culpabilisation collective. Un rééquilibrage est nécessaire dans ce domaine, face à une culture postmoderne qui est devenue l’inverse de la philosophie des Lumières : une tolérance devenue intolérante, un anti-dogmatisme devenu une nouvelle forme de dogmatisme et un esprit de relativisme devenu parfaitement absolutiste et qui menace de devenir violent et haineux.

Par rapport à cette hégémonie spirituelle étouffante, Alain Juppé a choisi de se coucher. Par-là, il s’est coupé d’une demande fondamentale du corps social. François Fillon, tout en restant dans le champ du possible, a clairement fait un choix plus conservateur.

Dans une société déboussolée par le nihilisme libertaire, la redécouverte élémentaire du sérieux moral de base doit transparaître dans le caractère et les principes des dirigeants. Fillon était celui qui répondait le mieux à ce besoin.

De plus, la fonction présidentielle exige force et tranquillité, sérieux et dignité. Les Français ont été humiliés par deux présidents non présidentiels, l’un par agitation, l’autre par impuissance, et qui ni l’un ni l’autre, n’avaient physiquement la moindre allure.

Pourrions-nous espérer ce qui depuis très longtemps est inenvisageable en France : avoir un président qui n’est pas pire que le précédent ?

 

Si les trois facteurs précédents sont peu contestables, ils n’expliquent pourtant pas tout. Pour arriver à une explication politiquement adéquate, il faut considérer l’avenir et tenter de l’anticiper, mais cette fois à partir d’une théorie plus adéquate.

A SUIVRE



[1] Voici un article sur ce sujet. L’usure de la culture des Lumières : en devenant postmoderne, les Lumières ont perdu leur dignité rationnelle et morale ainsi que leur universalisme. C’est pour cela que le postmoderne n’est plus authentiquement humaniste, et n’a donc plus légitimité pour inspirer la culture.

[2] Le conformisme existe aussi à gauche, mais plus volontiers sous forme d’un conformisme de l’anticonformisme.

Commentaires 

 
0 # Victor Led 2016-11-24 06:05 Merci monsieur pour cet article éclairant Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nouveauté


La force de la liberté
La force de la liberté
€18.00

Evénements

Aucun événement

Restez au courant !

Nom:
Mail:

Sites partenaires

Bannière